E-Santé

Pourquoi est-il parfois indispensable de dévitaliser une dent ?

Vous êtes sans doute victime d’une rage de dents, cette douleur diffuse et foudroyante quand le nerf de la dent est mis à nu. La carie est la plupart du temps la cause de cet affreux mal de dents, car elle a atteint la pulpe de la dent. Toutefois, le mal peut aussi avoir d’autres causes. Ainsi, à la suite du traitement et des soins, votre dentiste préconise qu’il va falloir dévitaliser votre dent. Ce terme peut paraître effrayant, mais en vérité l’intervention n’est pas difficile. Qu’est-ce qu’une dévitalisation de dent ? À quel moment choisir cette direction ?

Qu’entend-on par dévitaliser une dent ?

Afin de comprendre le procédé d’une dévitalisation dentaire, il est avant tout important de comprendre la composition d’une dent. La dent est composée d’une partie visible et d’une partie invisible. La partie visible est celle que nous voyons à l’extérieur et la plus dure de l’organisme, c’est-à-dire l’émail. L’email est la partie entièrement déminéralisée. Puis, il y a la partie invisible qui est directement en communication avec le cœur de la dent qui est la pulpe. C’est grâce à cette pulpe que la dent vit, car c’est elle qui contient les nerfs et les vaisseaux sanguins.
Par simple définition, la dévitalisation est l’acte de retirer le nerf et les vaisseaux sanguins de la dent malade. L’intervention doit être réalisée par un endodontiste ou par un dentiste. C’est une intervention non douloureuse, car elle s’effectue sous anesthésie locale.

Quand dévitaliser une dent ?

Une dévitalisation est irréversible lorsque nous souffrons d’une carie profonde qui est synonyme de douleur insupportable qui est aussi plus connue par rage de dents. À ce stade, il est impossible de conserver le nerf atteint, d’où la nécessité de le retirer. Outre le retrait du nerf, le nettoyage et la désinfection des canaux dentaires sont indispensables pour sauver la dent. Si la dent n’est pas dévitalisée à temps, il est probable qu’un kyste fasse son apparition au bout de la racine de la dent infectée.
Les coûts d’une telle intervention sont établis par l’assurance maladie et sont remboursables à hauteur conventionnelle de 70%. Une intervention sur une molaire peut coûter 80 euros, voire un peu plus selon le chirurgien. Pour une canine ou une incisive, il faudra débourser un peu plus de 30 euros. Pour une prémolaire, comptez environ 50 euros.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire